Au hasard des balades

samedi 6 septembre 2008

Collège des Bernardins : Portes ouvertes

LE COLLEGE DES BERNARDINS : Portes Ouvertes les 5, 6 et 7 septembre
6 Septembre 2008

Le Collège des Bernardins
20, rue de Poissy
75005 - Paris


Voila toute la foule qu'il y avait rue de Poissy à 15 heures



Fleuron de l’architecture gothique cistercienne restauré par Hervé Baptiste, architecte en chef des Monuments historiques, et par le cabinet d'architecture Jean-Michel Wilmotte, sa restauration se déroula entre 2004 et 2008.
Dès le 15 septembre, ce bâtiment sera dédié à la culture, aux rencontres, à la formation.

Pourquoi maintenant ?

A cause de la visite du Pape Benoît XVI  le We du  12/13 septembre : Le Pape Benoît XVI s'adressera au monde de la culture le vendredi 12 septembre 2008 à partir du Collège des Bernardins, avant d'assister aux vêpres à la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Ouhaoo !!!!

Je suis arrivée à 14 heures et il y avait une queue qui arrivait boulevard Saint Germain.

Le réfectoire

Le vaste réfectoire, est divisé en trois nefs, de 20 travées soutenues par 32 pilliers.
Cette immense salle gothique mesure 70 m de long sur 15 m, et sous 6m de voute.
C'était le lieu de vie des moines.

Le réfectoire

Au XIIè siècle, une révolution intellectuelle secoue l’Europe. Les monastères, jusqu’alors principaux centres intellectuels, cèdent peu à peu le pas aux Universités nouvellement créées dans les grandes villes : Bologne, puis Paris, Oxford, Cambridge, Heidelberg…

Pour l’Église, il apparaît indispensable d’accompagner ce déplacement du centre de gravité du savoir vers les villes. Dans une bulle de 1245, le pape Innocent IV encourage vivement les cisterciens à aller faire des études à Paris, siège de la deuxième plus ancienne Université, pour y étudier la théologie et transmettre ensuite leur enseignement à leurs confrères.

LA NAISSANCE DU COLLEGE

La nécessité de faire bénéficier les moines de l’enseignement universitaire à Paris, alors capitale intellectuelle de l’Europe, et le retard pris par rapport aux dominicains et aux franciscains ont conduit les cisterciens à engager la construction du Collège des Bernardins. C’est Étienne de Lexington (abbé de Clairvaux de 1242 à 1255), soutenu par le pape Innocent IV, qui va donner la principale impulsion à ce projet. Celui-ci est officiellement créé en 1245 et s'installe de façon définitive au clos du Chardonnet. C’est alors qu’est construit le principal bâtiment qui a survécu.

Entrée vers l'ancienne sacristie qui fut construite entre 1342 et 1360.

L'ancienne sacristie 






C’est à un moine d’origine anglaise, Etienne de Lexington, abbé de Clairvaux, que revient de créer en 1245 le Collège Saint-Bernard, bientôt désigné comme Collège des Bernardins, pour servir de lieu d’étude et de recherche au coeur de la pensée chrétienne.
La construction au lieu-dit du Chardonnet, financée par l’appel à la charité chrétienne, commence en 1245, sur le modèle architectural des abbayes cisterciennes.

Prévu à l’origine pour accueillir une vingtaine d’étudiants, le Collège des Bernardins formera entre le XIIIè et le XVè siècle plusieurs milliers de jeunes moines cisterciens, l’élite de leur ordre, venus du Nord de la France, de Flandre, d’Allemagne et d’Europe centrale pour étudier la théologie et la philosophie. Ces étudiants jouèrent un rôle illustre dans l’histoire de l’Église médiévale : Jacques Fournier, ancien étudiant du Collège, reçu docteur en théologie vers 1314, sera plus connu sous le nom de Benoît XII, pape en Avignon de 1334 à 1342.

Pendant plus de quatre siècles, le Collège des Bernardins, contribuera au rayonnement intellectuel de la ville et de l’Université de Paris.

Le cellier




À la Révolution Française, le Collège des Bernardins est vendu comme bien national.
Devenu prison pour les galériens, il est bientôt relégué comme entrepôt, puis sert brièvement à nouveau d’école pour les Frères des écoles chrétiennes, avant de devenir, à partir de 1845 et jusqu’à une date très récente, une caserne de pompiers, puis un internat pour l’École de police. Une chance, pour ce bâtiment à la vocation collégiale oubliée, car il fut sinon respecté, du moins occupé et entretenu ou presque jusqu’à la veille du chantier.


Bâtiment jugé d’intérêt national, le Collège des Bernardins constitue l’un des plus vastes édifices médiévaux parisiens avec ses 5000 m² de surface.

Ayant fait l’objet de divers projets, il est finalement acheté à la Ville par le Diocèse de Paris en 2001. Au moment de son acquisition par le diocèse de Paris, il menace ruine et son ouverture au public exige des aménagements importants.

C’est un double chantier qu’entreprennent conjointement en 2004 l’Architecte en Chef des Monuments Historiques, Hervé Baptiste et l’architecte Jean-Michel Wilmotte.

z

Lejardin








 





Ce lieu a désormais trois ambitions

- l’art et la culture avec des expositions, de la musique, du cinéma

- les rencontres et débats avec des rendez-vous publics hebdomadaires, des colloques et des conférences

- la formation et la recherche avec l’École Cathédrale  et la « chaire des Bernardins ».




Et pour que vous retrouviez comment y arriver, voilà le coin de la rue de Poissy quand il donne rue des Ecoles. Rue des Ecoles d'un côté, Bd Saint Germain de l'autre



LE DIAPORAMA


Laissez un commentaire ici - Post a comment - Deixe um comentário

Merci

PENSEZ A SIGNER VOTRE MESSAGE
POUR QUE JE SACHE QUI M'ECRIT