Au hasard des balades

dimanche 17 septembre 2017

Sorbonne

Journées du Patrimoine 2017

La Sorbonne est un nom qui résonne dans le monde entier, comme un haut lieu du savoir et de la connaissance. J'ai profité de cette ouverture exceptionnelle de la Sorbonne dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine 2017 pour y retourner, car c'est là que j'ai étudié, Sorbonne Nouvelle (Paris III) il y a bien longtemps.

Direction le quartier latin dans le 5 ème arrondissement.


Place de la Sorbonne


La Sorbonne doit son nom à son fondateur, Robert de Sorbon, théologien, chapelain et confesseur du roi de France Saint-Louis (Louis IX), qui fonda au 13 ème siècle le collège de Sorbonne  consacré à la théologie.  Elle a été rénovée par le cardinal de Richelieu, puis reconstruite par la IIIe République qui en fit le cœur et le symbole du système d'enseignement français.

L'Histoire de la Sorbonne

L’Université naît au XIII ème siècle de l’organisation en corporation des maîtres et écoliers de Paris.

Primitivement installés dans l’île de la Cité, les maîtres et écoliers de Paris derniers sont venus dès le 12 ème siècle, dans le futur "quartier Latin" sur la rive gauche de la Seine, où la théologie, le droit, la médecine et les arts étaient enseignés en plein air, à des jeunes gens venant des 4 Nations (Française, Picarde, Normande et Anglaise).

Le collège de Robert de Sorbon, fondé en 1253, est alors l'un des nombreux collèges hébergeant sur le flanc de la montagne Sainte-Geneviève des étudiants pauvres.

Très vite, ces collèges deviennent le cadre des disciplines universitaires de Paris, et le Collège de Sorbon une célèbre faculté de théologie qu'on appelle "la Sorbonne".

Au 17 ème siècle, la Sorbonne est reconstruite par l’architecte Jacques Lemercier à la demande du Cardinal Duc de Richelieu, qui avait été élève au collège de Sorbonne en 1606-1607, et qui en devint le proviseur le 29 août 1622 après le décès du cardinal de Harley.

Fermée par la révolution en 1791,  Napoléon Bonaparte transforma le site en ateliers d'artistes en 1801...

Sous la Restauration la Sorbonne est à nouveau réaffectée à l’enseignement par le Roi Louis XVIII qui y fait aussi installer l’Académie de Paris et l’Ecole des Chartes en 1821.

A la fin de 19 ème siècle, la troisième République la reconstruira à son tour pour en faire la Nouvelle Sorbonne.

Centre de ralliement de la contestation en Mai 1968, l’Université est réorganisée depuis en Universités Autonomes. Elle est aujourd'hui le siège de la chancellerie des universités et de l'académie de Paris, elle abrite plusieurs établissements d'enseignement supérieur et de recherche de renommée internationale.

L'entrée se faisait par l'arrière. Il y avait une queue, qui a avancé rapidement. A l'entrée, une fouille faite avec beaucoup de soin, étant donnée la situation actuelle.




On entre dans le grand vestibule, où se trouvent les monumentales statues d'Archimède et d'Homère.




Le péristyle,  est orné de peintures murales illustrant l'histoire des Lettres et des Sciences. 





Un superbe meuble
Le plafond
L'horloge







Les armoiries de la ville
 de Paris au plafond
Le grand amphi de La Sorbonne

J'avais déjà fait une visite de la Sorbonne, une fois lors des Journées du patrimoine, et je me souvenais que d'une chose : d'avoir revu l'amphithéâtre où je suivais mes cours magistraux.

Je voulais absolument le revoir, mais en voyant la porte d'entrée fermée, un surveillant me dit qu'il n'était pas ouvert à la visite. Déçue...




Seulement au cours de la visite (bien fléchée) on entre dans l'amphi, mais par un autre côté.
Et j'ai été ravie.
  




Inauguré le 5 août 1889, le Grand Amphithéâtre est classé monument historique depuis 1975. 
Il peut accueillir plus de mille personnes sur une superficie de 2630 m².
Dans la coupole, cinq grands médaillons représentent le Droit, la Médecine, les Sciences, les Lettres et la Théologie.




Un autre surveillant m'a expliqué qu'aujourd'hui on ne suit plus ses cours dans cet amphi. Il est uniquement réservé à des représentations de prestiges, des remises de diplôme. Mais plus de cours magistraux.
Qu'est ce que j'ai eu comme chance de pouvoir dire que j'ai étudié là !


La cour d'honneur de la Sorbonne

La cour d'honneur avait été conçue de manière à évoquer une architecture Louis XIII et à ne pas trancher avec la chapelle qui en occupait le bord méridional.




Le porche à colonnes de la chapelle dans la cour rappelle la Rome antique du Panthéon, tandis que la façade baroque sur la place rappelle la Rome chrétienne de la réforme catholique.

Il est flanqué d'un portique formé de colonnes corinthiennes entre lesquelles s'ouvre la grande porte.

Devant la chapelle  deux statues représentent les Lettres et les Sciences, à gauche celle de Victor Hugo et à droite celle de Pasteur.

Entrée de la chapelle
La statue de Victor Hugo


La chapelle de la Sorbonne

Lors de cette visite j'ai eu l'occasion unique d'entrer dans la chapelle fond de la cour d'honneur,  qui abrite le tombeau du cardinal de Richelieu. La chapelle a été fermée longtemps pour être restaurée.

La chapelle Sainte Ursule de la Sorbonne ou plus simplement chapelle de la Sorbonne était la chapelle privée du collège de Sorbonne,  et ensuite des facultés universitaires de Paris au 19 ème siècle.

Dès le Moyen Âge, le collège de Sorbonne avait été doté d'une chapelle pour abriter les dévotions des étudiants hébergés par l'institution. Il s'agissait d'un édifice gothique construit vers 1326 en croix latine dont on peut encore voir le tracé dans la cour d'honneur de la Sorbonne actuelle. Elle était semble-t-il consacrée aux Onze mille vierges.

La chapelle actuelle a été reconstruite au 17 ème siècle par le cardinal de Richelieu. Lorsqu'en 1622, il devint le proviseur du collège de Sorbonne le collège n'était plus qu'un ensemble de bâtiments disparates et délabrés, groupés autour de la première chapelle.
Dès 1626, le cardinal charge Jacques Lemercier de reconstruire l'ensemble dans un style classique.
Prévoyant dès le début d'intégrer son futur mausolée à la chapelle, celle-ci fait l'objet d'une grande attention.




Dans le chœur de la chapelle se trouve le tombeau du cardinal Richelieu (mort en 1642)
réalisé par François Girardon.




A la mort du cardinal, la duchesse d'Aiguillon, son héritière, prit en charge ses dernières volontés et commanda un tombeau monumental qui ne sera achevé qu'en 1694.

Le corps de Richelieu est déposé dans une crypte sous le cénotaphe. 



  
Le mausolée se compose d'une vasque de marbre blanc sur laquelle repose le corps du cardinal, demi-couché, soutenu par la Religion, et ayant à ses pieds la Science également affligée de sa mort. 
Le cardinal fait face à l'autel. 



Le Cardinal  soutenu par la Religion

À ses pieds, se trouve la figure de la science qui le pleure également

Le véritable chapeau du Cardinal comme le voulait la tradition, est suspendu au-dessus de son tombeau. Mais ne le sachant pas, je n'ai pas regardé s'il y était.

Sous la Révolution française, les bâtiments furent fermés aux étudiants en 1791, et la société sorbonique fut dissoute en même temps que les universités de Paris et de province, en conséquence de la loi Le Chapelier supprimant les corps intermédiaires.

En 1794, la chapelle fut transformée en temple de la déesse Raison.

Je ressors dans la cour.






L'amphithéâtre  Louis Liard

La salle Louis Liard était une salle prestigieuse destinée aux soutenances de doctorat et aux réunions académiques. L'amphithéâtre a été récemment rénové. Le décor de boiseries sculpté par Eugène Legrain donne un air magique à ce lieux.  




Au fond, un portrait de Richelieu réalisé par François Schommer surplombe l’amphi et surveille les étudiants… 




La Bibliothèque de la Sorbonne

La bibliothèque de la Sorbonne (officiellement bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne) n'est normalement ouverte qu'aux étudiants et chercheurs.

Elle a été créée en 1770 sous le nom de "bibliothèque de l'université de Paris",  alors installée dans les locaux du collège Louis-le-Grand.

Le fonds initial combine l'ancienne bibliothèque du recteur Jean-Gabriel Petit de Montempuis, une partie de la bibliothèque du collège de Sorbonne et celles des 28 collèges parisiens supprimés.

La grande salle de lecture, baptisée Salle Jacqueline de Romilly est consacrée à la littérature.

S'y ajoutent deux salles philosophie (salles Jankélévitch et Aristote) et deux salles d'histoire, la salle Fustel de Coulanges dédiée à l'Antiquité et Moyen Âge (ancienne salle Saint-Jacques) et la salle Labrousse dédiée à l'histoire moderne et contemporaine.


La salle de lecture de la bibliothèque



Et pour finir une magnifique vue sur l'extérieur