Au hasard des balades

samedi 14 juin 2008

Eglise Saint Sulpice : elle est connue dans le monde entier depuis le "Da Vinci Code"

L'église Saint-Sulpice, une église du 17 ème siècle, se trouve sur la Place Saint-Sulpice dans le 6 ème arrondissement, en face d'une fontaine construite par l’architecte Visconti en 1844.

Elle est dédiée à Sulpice le Pieux, évêque de Bourges qui vivait au 7 ème siècle.

L’église a été bâtie en 1646 sous la régence d’Anne d’Autriche sur l'emplacement d'une ancienne église devenue trop petite pour accueillir la population du quartier. Mais les tours n'ont été édifiées qu'en 1749, et sa façade a été remaniée de nombreuses fois. Autour de l’église se trouve de nombreuses boutiques de souvenirs religieux.

Le Vinci Code

Dans le monde entier, maintenant, on connaît cette église...  à cause d'un film "Da Vinci Code" de Dan Brown. Depuis tout le monde a entendu parler de la méridienne de Saint-Sulpice !

"Dans le film, le meurtrier se rend à Saint-Sulpice pour trouver la clé de voûte dissimulée dans l'église. Un monument "construit sur les ruines d'un ancien temple dédié à la déesse Isis."

Le transept est traversé par une méridienne de cuivre, orientée nord-sud, qui court sur le sol, avec une plaque et une obélisque à chacune des extrémité.

Cette méridienne, simplement constituée de 2 trous et d'une ligne, est un instrument scientifique de tout premier ordre. Elle indique la position du soleil grâce à un oeilleton intégré dans le vitrail du croisillon sud. Elle dévoile en partie son secret à midi solaire lorsqu'un rayon de soleil passant par un des trous du vitrail projette une tache lumineuse sur la ligne. Au solstice d'hiver, le rayon de soleil projeté sur la ligne du sol, atteint le sommet de l'obélisque, puis suit cette ligne jusqu'à la plaque, à l'autre extrémité, qu'il atteint au solstice d'été.



En réalité L'église Saint-Sulpice n'est pas le vestige d'un temple païen de l'antiquité. La fondation de l'église remonte au 12 ème siècle et la première pierre de l'édifice actuel fut posée en 1646. " 
"L’église Saint-Sulpice, pourtant l’une des plus belles de Paris, était jusque-là relativement peu visitée. A présent, c’est devenu un lieu de référence : sa fréquentation a augmenté de 20000 visiteurs par an. "



La façade est composée de deux vastes portiques à l’antique, l’un de style dorique et l’autre de style corinthien, surmontés d’un vaste fronton triangulaire entre deux tours.


Sur la place de l’église, se dresse la fontaine dite des "quatre évêques". Elle a été construite par l’architecte Visconti en 1844.. Les niches sur les quatre côtés abritent les statues de quatre célèbres prédicateurs : Fénelon, Fléchier, Bossuet et Massillon, tous évêques.
Image d'Internet Wikipédia

"L'église Saint-Sulpice est la plus grande et la plus décorée des églises de style jésuite. L’intérieur reproduit le plan et atteint les dimensions d’une cathédrale médiévale avec sa nef de cinq travées flanquée de collatéraux et de chapelles, son vaste transept, son chœur de deux travées droites et son hémicycle à trois pans qu’entourent un déambulatoire et des chapelles.

120 mètres de longueur, 57 mètres de largeur, 30 mètres  de hauteur sous la voûte centrale.

L’intérieur comporte trois fresques effectuées par Eugène Delacroix entre 1849 et 1861, dans une petite chapelle sur la droite, nommée "des Saints Anges", dont le très célèbre Combat de Jacob avec l’Ange. "




Mais qu'est ce qu'une méridienne ?

"Une méridienne est une ligne tracée horizontalement le long d'un méridien terrestre, ou verticalement le long de l’intersection d’un mur et du plan méridien. Accompagnée d’un appareillage adéquat laissant passer un rayon de soleil, elle permet de donner le moment exact du midi solaire ou, si elle est accompagnée d’une courbe en huit, l’instant du midi moyen. Au XVIIIe siècle, les gens venaient régler leurs montres et leurs horloges sur ces instruments."

"Une méridienne se distingue d’un cadran solaire par le fait qu’elle ne fonctionne qu’aux alentours de midi. Une méridienne peut également servir de calendrier sommaire, l’image du soleil sur la méridienne étant plus ou moins haute en fonction du jour de l’année. En particulier, cette image passe par une position extrémale au moment des solstices. Aux équinoxes, l’image du soleil occupe une position intermédiaire."
Wikipédia



Un gnomon est un mot latin qui signifie l'aiguille d'un cadran solaire

J'ai pris quelques informations à partir du  "Le Da Vinci Code à Paris : vérités et mensonges"... de Jean-François Géralt, entre l'histoire du film et la  véritable histoire selon lui.
à lire, très intéressant : http://www.renneslechateau.com/francais/geralt.htm 

et un site très intéressant sur les méridiennes du monde entier :
http://www.cadrans-solaires.fr/secret-meridienne-saint-sulpice.html


L'Histoire de cette église


"Sur le site actuel de l’église Saint-Sulpice, il existait, depuis une époque très reculée (au moins à partir du IXe siècle), une église paroissiale qui dépendait de l’abbaye voisine Saint-Germain-des-Prés. Reconstruite du XIIIe au XVe siècle, elle formait un charmant édifice gothique dont des gravures nous ont conservé la silhouette mais qui, au XVIIe siècle, était devenu notoirement insuffisant. C’est alors qu’en 1642, le nouveau curé, Jean-Jacques Olier, fondateur du célèbre séminaire et de la congrégation religieuse de Saint-Sulpice, décida de reconstruire son église sur les plans de l’architecte Christophe Gamard. La première pierre de l’édifice fut posée par le duc d’Orléans en 1646. Gamard, mort en 1665, fut remplacé par Louis Le Vau à qui succéda, en 1670, Daniel Gittard. En 1675, la chapelle de la Vierge, le chœur avec son déambulatoire étaient achevés alors que le carré du transept et le croisillon nord étaient commencés.

Abandonnés, en 1678, à la suite de pénibles difficultés financières, les travaux ne reprirent qu’en 1714, grâce à Jean-Baptiste Languet de Gergy, nouveau curé, et sous la direction de Gilles-Marie Oppenord, élève de François Mansart, qui acheva toute l’église en 1745, date de sa dédicace solennelle.

Restait à élever la façade occidentale pour laquelle de nombreux projets furent présentés. Le projet de Giovanni Servandoni fut finalement adopté. Toutefois, le projet devait être modifié plusieurs fois par les événements et par les hommes. C’est ainsi que le grand fronton central fut détruit par la foudre, que Oudot de Maclaurin changea le couronnement des tours et que, celles-ci ayant été critiquées, Jean Chalgrin transforma, vers 1780, la tour nord, mais n’eut pas le loisir, la Révolution étant survenue, de faire subit le même sort à la tour sud.

Au cours de la Révolution, l’église devint Temple de la Victoire ainsi que salle des fêtes et de banquets. L’église fut rendue au culte en 1800, non sans avoir, du fait des déprédations révolutionnaires, perdu une partie de son riche mobilier primitif. Le XIXe siècle s’attache, sans succès, à décorer les chapelles de l’édifice. Seul, Delacroix réussit dans ce domaine où échouèrent ses confrères académiques."

Laissez un commentaire ici - Post a comment - Deixe um comentário

Merci

PENSEZ A SIGNER VOTRE MESSAGE
POUR QUE JE SACHE QUI M'ECRIT